• clairemontabone

Devenir parent nous fait-il revivre notre propre enfance ?

Dernière mise à jour : mars 4

Devenir parent, le plus vieux métier du monde (avec celui de chasseur-cueilleur sans doute) est loin d'être chose aisée et instinctive, même si l'attachement est quelque chose de naturel à l'être humain. Le fait de transmettre la vie, place automatiquement le jeune parent dans une relation plus étroite avec les générations qui l'ont précédé et celles qui suivront. Cette nouvelle mission essentielle de protéger et nourrir un nouveau petit d'homme vient réveiller en lui l'histoire de sa propre enfance.


Notre enfance est le fondement de notre vie. Elle reste présente et se rappelle à nous sous forme de souvenirs, de croyances, de principes, de réflexes, de culture, d'émotions, de comportements acquis au contact de ceux qui nous ont "élevés". Je préfère dire ceux qui ont pris soin de nous ou ceux qui nous ont permis de nous attacher à eux pour vivre (et parfois survivre).


Voir son enfant arriver dans ce monde et vivre sa vie d'enfant, va forcément faire écho à notre propre histoire. Cela va révéler la qualité des liens que nous avons pu tisser dans notre enfance, et parfois le vide qu'ils ont laissés, comme pour quelqu'un qui aurait été adopté par exemple. Notre enfant qui grandit à son tour sous notre responsabilité, va naturellement nous rappeler que nous avons nous aussi été enfant, et que nous sommes passé par ces mêmes étapes, parfois douloureusement lorsque tout ne s'est pas passé comme prévu.


Cela se complique lorsque nous rencontrons en tant que parent des situations très semblables à celles que nous avons vécu à l'époque, qui ont été source de peur, d'angoisse, de mal-être, de souffrance. Le fait que notre enfant y soit confronté à son tour et nous y confronte à nouveau peut devenir insupportable. Il en est ainsi d'une maman ayant eu un père alcoolique, qui voit son mari reproduire ces comportements avec ses propres enfants.


On peut aussi reconnaître des comportements ou des réactions qui nous déplaisent chez notre enfant parce qu'il nous évoquent une relation négative avec un proche du passé ou bien un épisode traumatique dont nous n'avons peut-être pas conscience.


Est-ce que d'une certaine manière je rejoue mon enfance avec mon enfant ?


En fait... oui.

A la fois notre enfant passe par les mêmes étapes de croissance que nous parce que... et bien l'enfance reste toujours l'enfance. Les grandes étapes se répètent pour tous les enfants. Et à la fois, nous projetons sur lui notre propre vécu lorsque nous étions enfant et nous l'amenons parfois inconsciemment à rejouer les scènes du passé avec nous.


Je m'explique. Dans la vie de tous les jours, lorsque nous abordons une situation, nous nous référons automatiquement aux situations et aux expériences que nous connaissons déjà. Notre cerveau a ainsi été câblé depuis des milliers d'années, pour pouvoir tirer des leçons de nos expériences et ainsi s'adapter en vue de la survie de l'espèce. Nous avons donc le réflexe parfaitement inconscient d'analyser le présent à partir du passé : nos expériences. Lorsque nous sommes confrontés à l'éducation d'un enfant, nous allons inconsciemment nous référer à ce que nous connaissons déjà : notre enfance passée. Nous pouvons mettre de la conscience dans notre présent en nous disant : "ça c'était une bonne chose dans mon passé, je veux faire pareil. En revanche, cette autre chose, je ne veux surtout pas la reproduire, je ne ferai pas comme mes parents !". Si cela pouvait être aussi simple, nous ne ferions que nous améliorer et apprendre le métier de parent en toute tranquillité car nous maîtriserions parfaitement nos réactions, à défaut de pouvoir maîtriser celles de notre enfant.


Or, bien souvent, nous faisons l'expérience que mêmes nos propres réactions nous échappent. Et nous nous retrouvons à hurler, punir, taper, menacer, dévaloriser, faire du chantage... alors que nous nous étions juré de ne pas le faire par exemple. Ou bien nous nous rendons compte que l'histoire de notre enfance se répète à travers notre enfant. A son tour il semble être frappé par les mêmes échecs, les mêmes difficultés ou les mêmes craintes que nous. C'est ainsi que les filles de mères ayant été abusées dans l'enfance, sont plus sujettes à revivre la même histoire traumatique à leur tour.


Il est inutile alors de passer tous ses efforts à se contenir ou à résister, comme dit l'adage :

"le naturel revient au galop." autrement dit, on ne peut pas fuir les mouvements inconscients qui ont été imprimés si tôt dans notre vécu par notre expérience de la vie. Nous revivons alors, en même temps que notre enfant, les étapes de notre vie au même âge. Nous pouvons même nous en rendre compte et en avoir des souvenirs très précis qui reviennent à la surface. Lorsque les traumatismes du passé sont importants et risquent de fortement impacter notre enfant, il est nécessaire de se faire accompagner psychologiquement.


Pourtant, faut-il devenir parent pour avoir le sentiment de revivre son enfance ?


Il y a peu, un ami coach m'a demandé de lui partager des sources d'approfondissement des concepts de l'Analyse Transactionnelle*. Je me suis alors replongée avec délice dans ses concepts clés. Cela a été l'occasion pour moi de me rappeler à quel point notre enfance est toujours présente, à toutes les étapes de notre vie, que nous soyons devenus parent ou non. Il est donc toujours possible de prendre conscience de nos mécanismes du passé et les corriger ou ne plus les subir, sans avoir besoin que des "nains de jardin" viennent nous les faire éclater à la gu...le.

Chacun de nous a accès à son histoire, pour peu qu'il s'arrête un instant pour se mettre à l'écoute de cet enfant qu'il a été et qui est toujours là en lui. Pour peu qu'il prenne le temps de se plonger en lui-même et de renouer le lien avec son "enfant intérieur*". Ce chemin peut être long pour accéder à nous-même mais il en vaut la peine, parfois en se faisant accompagner pour déjouer les embuches du chemin.

Toutefois, le fait de devenir parent, vient comme accélérer le processus d'émergence de notre enfance et surtout des événements traumatiques de celle-ci. C'est notamment ce qui rend si inconfortable la mission de parent. Nous devons à la fois gérer nos propres émotions et sentiments, celles de notre enfant intérieur et... celles de nos enfants ! Ça commence à faire beaucoup de monde...


Si vous aussi vous connaissez des moments de réactions vives et incontrôlées envers votre enfant qui semble comme avoir le pouvoir de vous pousser à bout, souvenez-vous que c'est de votre histoire qu'il s'agit. L'enjeu est alors de pouvoir distinguer votre réaction émotionnelle blessée, du véritable enjeu présent : accompagner un enfant qui grandit et se construit à votre contact, en s'opposant et en s'imposant à vous, comme seul un enfant sait le faire. Il a besoin de vous pour s'affirmer, se sentir contenu et accepté et se savoir aimé. Si vous avez manqué de reconnaissance, d'acceptation, de tendresse et d'amour inconditionnel durant votre enfance, les besoins présents de votre enfant peuvent vous révéler vos propres manques à accueillir et à apaiser.


Bonne route !



Pour aller plus loin :

* Analyse Transactionnelle : quelques vidéos pour découvrir les concepts. https://www.youtube.com/watch?v=RxEhu8hWmXI Consulté le 26/02/2021.

* L'enfant intérieur, expression tirée du livre "Retrouver l’enfant en soi” (Editions de l’Homme, 2004) par le psychologue américain John Bradshaw. Source : https://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Retrouver-l-enfant-en-nous/L-enfant-interieur-qu-est-ce-que-c-est Consulté le 03/02/2021.

24 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout