• clairemontabone

Pourquoi consulter un Psy plutôt qu'un Coach ?

Dernière mise à jour : mars 30

Psy ? Coach ? Y a t'il vraiment une différence ? Est-ce que l'un peut faire le travail de l'autre ? Tant d'interrogations que j'entends souvent prononcer...

Choisir un Psy ou un Coach ? Quelle différence ?

J'ai beaucoup de respect et de sympathie pour le métier de Coach. La plupart de mes mentors ou grandes figures d'inspirations le sont... Evidemment je ne peux pas nier les points communs de nos deux métiers. Mais alors, pourquoi ai-je choisi d'être Psychologue plutôt que Coach ? Métier tellement plus à la mode que le bon vieux psychologue hirsute derrière son divan qui vous écoute en prononçant des "mmmh mmmh" mystérieux. ;-) (vous voyez de quoi je parle ?)


Leurs points communs

Nous avons en commun l'amour pour les hommes et les femmes que nous rencontrons.

Ces deux métiers sont des métiers d'accompagnement de l'humain dans ses transformations, ses doutes, ses peines et son épanouissement. Nous avons en commun l'amour pour les hommes et les femmes que nous rencontrons. La personne humaine nous passionne, nous pouvons en parler des heures et nous investir à fond dans la vie de nos patients/clients, parce que nous savons qu'ils en valent le coup. C'est souvent le côté humain qui nous motive dans ces métiers.


Le métier de Coach


Mes amis coachs me pardonneront pour ce résumé bien sommaire de leur métier. Je ne suis pas coach, vous l'aurez compris, même s'il m'arrive régulièrement de me faire coacher pour avancer. Ce que je vois de ce métier, c'est qu'il permet d'outiller les personnes, de leur redonner une liberté qu'ils avaient perdue ou jamais atteinte, pour devenir maître de leur vie et choisir leur vie. Le coach est formé à l'accompagnement, aux mécanismes humains relationnels, à la relation d'aide, sans proposer de solution toute faite ou de conseils à suivre. En ça il est assez proche de mon métier, car je ne donne pas de conseil. Je laisse les gens trouver leur propre chemin.

N'est ce pas bon signe que cette constante se retrouve chez les coachs et chez les Psy ? Cela veut dire que nous avons bien compris le fonctionnement de l'être humain et sa dignité en tant que personne libre et responsable.

Le coach est une personne qui a trouvé des outils et une voie suffisamment libératrice et performante dans sa vie, pour pouvoir la partager et la transmettre. Il cherche à proposer à son tour de vrais changements dans la vie des personnes et à les accompagner pour qu'elles révèlent leur plein potentiel.

Là où il y a une vraie différence entre nos métiers, c'est que le coach est tourné vers la résolution des problèmes du présent. Il cherche à donner une efficacité à l'action et à sortir de situations problématiques. La vision qu'il propose est celle de l'avenir. Construire sa vie, évoluer, s'améliorer... pour une vie meilleure dans la durée.


Le métier de Psy

Pour le psy, l'être humain en souffrance est un patient à soigner. Pour le coach, l'être humain en errance est un client à accompagner.

Je vous vois penser : "mais où veut-elle en venir ? Un psy c'est simplement pour les gens qui ont des souffrances psychologiques (pour ne pas dire les fous !) et basta." Et vous n'avez pas tort. Qu'est ce que je vais bien pouvoir réinventer de mon métier dans cette description ?


Le métier de Psy est plus ancien que celui de coach. Vous connaissez Freud, le père de la Psychanalyse, qui a démocratisé son métier définitivement. Les théories psychanalytiques et par la suite psychologiques (des Sciences Humaines et Sociales que j'ai étudiées) sont le fondement de bien des théories récentes sur l'être humain, notamment en coaching. On ne peut pas faire l'impasse de la Psychologie, l'étude du psychisme humain, si on veut comprendre les personnes et leurs fonctionnements/comportements.


La spécificité de la Psychologie est de s'attacher au passé, à l'enfance notamment, pour expliquer les ressentis et les comportements de la personne humaine. Elle relit le présent à la lumière du passé et donne du sens aux souffrances du présent grâce à cette lecture. Le génie de la Psychologie est d'avoir compris que nos souffrances ont leur racines dans notre passé (un événement difficile non digéré) qui a des conséquences sur notre présent et notre avenir. La psyché est parfois atteinte de "maladies" qu'il faut soigner, tout comme le corps. C'est en prenant le temps de revenir sur le passé et de "faire la paix" avec sa propre histoire, que celle-ci s'intègre naturellement à notre personnalité et ne vient plus la troubler. Un premier pas essentiel pour construire sa vie et son avenir.


Leurs différences


... il n'est pas incompatible de mener une thérapie en parallèle d'un coaching.

Pour le psy, l'être humain en souffrance est un patient à soigner. Pour le coach, l'être humain en errance est un client à accompagner.

Pour moi, le Psy a une histoire personnelle avec la souffrance, le coach a une expérience personnelle de la galère...

Ils peuvent accompagner les personnes sur les mêmes sujets : l'orientation professionnelle par exemple. Et l'aborder d'un point de vue différent, avec un regard différent. Le Psychologue aura cette sensibilité au mal-être et aux blocages psychiques qui lui est "naturelle", le Coach une attention pour les fonctionnements cérébraux et les outils pour les modifier.

Le coaching met ses outils à disposition pour atteindre des objectifs plus ou moins proches dans le temps. Les résultats doivent être concrets et rapides. Le Psychologue propose un chemin souvent plus long de connaissance de soi et de prise en compte de toute la spécificité humaine. Quitte à parler autant du passé que du présent, en vue de l'avenir bien sûr ! Et il n'est pas incompatible de mener une thérapie en parallèle d'un coaching. ;-)


Mon métier, une vocation


C'est ici que ma vocation prend racine. Dans cette relation faite d'écoute, d'humilité envers cette vulnérabilité qui se dévoile et de compassion envers ces souffrances souvent inconscientes. La relation thérapeutique ne se nourrit pas seulement des outils techniques mais surtout de la relation entre un "malade" et celui qui connaît le chemin pour guérir et le lui propose patiemment.

Ma joie profonde est celle de voir un(e) patient(e) ou un(e) consultant(e) retrouver confiance dans la vie, parce que sa souffrance/son mal-être prend du sens et est enfin entendu. Assister au spectacle de l'être humain qui commence ENFIN à profiter de la vie... parce qu'il est fait pour ça.


156 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout